Sélection lecture numéro 60

Photo : Sélection lecture numéro 60

L'art difficile de rester assise sur une balançoire

d'Emmanuelle Urien

Mariée à l'homme idéal, mère de trois enfants parfaits, elle pensait que la vie était un long fleuve tranquille. Mais il faut être deux pour le croire. Quand son mari la quitte pour sa meilleure amie, Pauline se retrouve victime d'une maladie très banale en pareilles circonstances : elle se sent à la fois morte et vivante, elle voudrait mourir mais reconnaît qu'il serait ridicule de se jeter par la fenêtre d'un premier étage. Et même haïr sa rivale se révèle absurde, puisque le destin vient juste de faire mourir la garce. Pauline oscille entre haine et douleur, désir de vengeance et volonté de refaire sa vie, quitte à partir en chasse sur les sites de rencontre. Conseillée par sa mère psychiatre, elle passe à l'action et décide d'effacer la source du mal. Après tout, puisqu'elle doit faire son deuil, autant s'imaginer veuve? Jusqu'au jour où Yann disparaît pour de bon.

Le club des incorrigibles optimistes

de Jean-Michel Guenassia

Michel Marini avait douze ans en 1959. C'était l'époque du rock'n'roll et de la guerre d'Algérie. Lui, il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Dans l'arrière-salle du bistrot, il a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres. Ces hommes avaient franchi le Rideau de fer pour sauver leur peau. Ils avaient abandonné leurs amours, leur famille, trahi leurs idéaux et tout ce qu'ils étaient. Ils s'étaient retrouvés à Paris dans ce club d'échecs d'arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Et ils étaient liés par un terrible secret que Michel finirait par découvrir.

Un employé modèle

de Paul Cleave

Joe Middleton contrôle les moindres aspects de son existence. Célibataire, aux petits soins pour sa mère, il travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d’être au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un serial killer sanguinaire accusé d’avoir tué ces dernières semaines sept femmes dans des conditions atroces. Même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu’une de ces femmes n’a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu’il est le Boucher de Christchurch.

Les vieilles

de Pascale Gautier

Il y en a une qui prie, une autre qui est en prison, une autre encore qui parle à son chat, et certaines qui regardent les voisines de haut en buvant leur thé infect. Leurs maris ont tous disparu. Elles sont vieilles, certes, mais savent qu'elles pourraient bien rester en vie une ou deux décennies encore, dans ce pays où il n'est plus rare de devenir centenaire. Alors elles passent leur temps chez te coiffeur, à boire et à jouer au Scrabble, à essayer de comprendre comment fonctionne un téléphone, à commenter les faits divers, à critiquer leur progéniture qui ne vient pas assez, à s'offusquer de l'évolution des moeurs...

Mon frère est parti ce matin...

de Marcus Malte

Mais pourquoi cet homme de 50 ans nommé Charles B. décide-t-il un jour de calfeutrer ses fenêtres et de ne plus sortir? Il signe une sorte de contrat avec ses voisins qui le ravitaillent chaque jour et lui apportent le journal, dont il ne peut se passer. Mais à travers le soupirail! Etrange situation, qui va durer vingt-sept ans et deux mois. Évidemment son retrait du monde alimente la chronique, et voilà tout le village en émoi.

par | | Tags : lecture

Commentaires

A lire également

Les caractères sexuels secondaires

de Tania Montaigne

C'est l'histoire d'une femme mariée, puis quittée, qui rentre chez sa mère le soir de Noël et essaie de prendre ça bien. C'est l'histoire d'une femme qui va passer un réveillon pas évident. C'est l'histoire d'une femme pas comme les autres – mais qui va bien, merci – et qui refuse de céder aux diktats des caractères sexuels secondaires.

Les disparus de Mappleton

de Tom Perrotta

Un événement inexpliqué, le "Ravissement", a provoqué la soudaine disparition de millions de personnes dans le monde. Même s'ils n'ont pas été touchés directement, Kevin, jeune et riche retraité, sa femme Laurie et leurs deux enfants, Tom et Jill, se débattent pour retrouver un sens à leur vie. Laurie part rejoindre une secte de "pénitents", Kevin devient maire de leur bourgade du Midwest, Tom rejoint lui aussi un groupe d'illuminés, tandis que Jill, autrefois lycéenne modèle, se livre à tous les excès.

Poppy Wyatt est un sacré numéro

de Sophie Kinsella

Poppy Wyatt est au bord de la crise de nerfs : elle vient de perdre sa bague de fiançailles, celle qui est dans la famille de son fiancé Magnus depuis plusieurs générations. Et pour couronner le tout, on vient de lui dérober son portable. Juste au moment où elle envisage la fuite à l'étranger, elle découvre dans une poubelle un téléphone. Miracle ! Enfin pas si sûr… Car ce portable appartient à l'assistante d'un dénommé Sam qui n'a pas l'air de saisir l'urgence de la situation. À force de supplications, Poppy réussit à le persuader de lui laisser ledit téléphone. C'est juré, c'est l'affaire de quelques heures, et elle lui transmettra tous ses messages d'ici là. Sauf que bien entendu, toute cette affaire va rapidement tourner au vinaigre !

« Ô chère culture, je me présente à toi et à tes adorateurs, nouvelle loi déjà aimée de tous. Je suis ce texte voté et adopté qui profitera à l'élite, la seule qui te comprend vraiment. Je suis la mesure de la démesure. »

Le diable de Radcliffe Hall

de Stéphanie des Horts

Elle est américaine. Elle a vingt ans tout juste, une peau laiteuse et des rondeurs conséquentes. Maisie Kane est aussi et surtout fabuleusement riche et bien décidée à trouver un époux sur le vieux continent. En 1953, au Savoy à Londres, elle croise le chemin des Radcliffe, aristocrates aussi lancés que dépravés, aussi cruels que parfaitement amoraux, dont elle devient très vite, du moins, le croient-ils- le jouet. Car Miss Kane n'a pas fini de faire parler d'elle chez les heureux du monde.

Seins et oeufs

de Mieko Kawakami

A quarante ans, Makiko est envahie par l’obsession de se faire refaire les seins, une lubie que sa fille de douze ans ne supporte absolument pas. Conflits mère-fille, vertiges de la puberté, les choses prennent un tour très compliqué quand l’adolescente se mure dans le silence. Toujours plus déterminée dans ses choix, Makiko décide de rejoindre sa soeur à Tokyo; de dix ans sa cadette, Natsu est célibataire, et c’est dans son minuscule appartement que mère et fille vont lui imposer leurs problèmes.

Les dents de ma mère

d'Amandine Cornette de Saint Cyr

Vingt-sept ans que ma Mère me phagocyte avec ses " je t'aime ". Vingt-sept ans qu'Elle me rabâche que la seule personne capable de m'aimer, c'est Elle. Vingt-sept ans qu'Elle m'étrangle avec son cordon sur lequel je tire vainement. Mais là, c'est fini, j'ai trouvé le courage de le trancher. Je vais faire ma vie loin d'Elle. Avec un autre qu'Elle. Enfin...

Le baiser de la pieuvre

de Patrick Grainville

Hanuo, un bel adolescent, vit sur une île japonaise dans un village de pêcheurs au pied d'un volcan menaçant. Une région pleine de magie, d'envoûtements. Un jour, Hanuo découvre Tô, la veuve d'un pêcheur, toute nue. Quelle beauté! Hanuo tombe aussitôt amoureux, comme sous le charme d'une fée ou d'une sirène. Mais Tô a déjà un amant, la pieuve géante Oryui. Et leur relation est très sensuelle. Une fable inspirée d'une très célèbre estampe japonaise.

Barbe bleue

d'Amélie Nothomb

Saturnine travaille au musée du Louvre et habite chez une amie, Corinne. Ce qui devait être ponctuel commence à s’éterniser et la jeune fille se met en tête de trouver un appartement dans les plus brefs délais. Elle finit par tomber sur une offre alléchante : une super chambre dans un hôtel particulier tout ça pour une somme modique… Quand elle se rend compte qu’Elmirio, le propriétaire des lieux, a une réputation sulfureuse (ses 8 colocataires précédentes ont disparu…), elle ne fuit pas pour autant. Il l’aimera. Elle le méprisera. Entre eux : la chambre noire où elle a interdiction de pénétrer.

Le japon n'existe pas

d'Alberto Torres-Blandina

Dans un aéroport, un balayeur affable et disert bavarde avec les passagers en attente, devine leur destination, leur donne des conseils, raconte des histoires passionnantes sur ses voisins, flirte avec la vendeuse de journaux. Il propose même à ses interlocuteurs en partance pour Tokyo une théorie originale : « Le Japon n'est qu'une façade. Une opération marketing comme une autre. On l'a inventé pour vendre de la technologie et ça a marché. Made in Japan est aujourd'hui le meilleur label pour vendre une voiture ou un téléviseur. »

Toutes les news >>