Phénomène Dédipix

Photo : Phénomène Dédipix

A moins que vous ne soyez un ermite isolé au Pérou et n'ayant pour amis que son troupeau d'alpagas, vous devez certainement connaître cette mode virale de la dédipix.

Les paroles s'envolent, les écrits restent... Et les photos aussi

La dédipix (ou dédipic) c'est simple comme concept : il s'agit de faire une dédicace en écrivant un nom ou un pseudo sur une partie de son corps et d'en prendre une photo pour la publier ensuite sur le web. Un phénomène qui a plus ou moins explosé en 2009. Au début, les dédipix ont inondé les blogs généralement peuplés d'adolescents. Mais oui, vous savez ces créatures étranges qui entrent en pleine crise. On est tous passé par là.

Bref, le but étant de faire une dédipix qui sera postée sur le blog de l'internaute à qui elle est adressée et recevoir en échange un max de commentaires. Pas bien méchant vous me direz. Mais la popularité a pourtant un prix. Aujourd'hui plus connues sur Facebook, les fameuses dédicaces ont perdu de leur innocence. On oublie les petits bout de papiers sympathiques et les mots d'amour sur la paume de la main. On laisse place aux coeurs sur la poitrine et aux flèches judicieusement placées, pour finalement s'afficher dans des clichés sacrément osés. Certaines dédipix vont loin, proposant même des poses nues.

Plus qu'un jeu d'enfants, plus qu'une dimension artistique, les dédipix prennent une tournure érotique. Alors est-ce qu'on a là un prétexte pour « mater » et « s'exhiber » ? Après tout, soyons honnêtes, c'est toujours un plaisir d'être couvert de flatteries. Et les teenagers l'assument. Un brin narcissique, finalement ce ne sont pas tant les commentaires offerts en échange qui importent mais les compliments qui suivront le cliché. Se sentir exister, se sentir admirer, c'est ça le véritable but de la dédipix. Et certains adultes s'en insurgent.

Mais au fond, est-ce que c'est réellement dangereux ? C'est bien connu, le web n'est pas l'endroit le plus sûr pour garder un minimum d'intégrité. Et même si le visage est généralement masqué, même s'il est possible de faire appel aux modérateurs, le risque reste là. Donc autant éviter de donner une raison aux internautes malveillants de vous rendre la vie dure. La dédipix c'est cool, c'est drôle, mais avec des fringues c'est quand même mieux.

N'hésitez pas à nous envoyer vos dédipix. On les publiera peut-être...

Picture : 20minutes

par | | Tags : culture

Commentaires

A lire également

Après la journée mondiale de la femme (au grand dam des sympathiques machos), la journée des personnes handicapées ou celle de l'orgasme, les plus misanthropes auront vécu un cauchemar pour la journée internationale des câlins. Que les potentiels bisounours se dénoncent.

Et si je ruinais votre enfance ? Les amateurs de Oui-Oui, Babar, ou Denver, héros parmi les plus innocents, seront servis. Petite invitation à découvrir vos chouchous dessinés d'une toute autre manière, révélant leurs côtés les plus sombres, les plus badass...

Comment passer à côté ? Ce n'est pas possible ! Tous ceux qui possèdent un compte Facebook ou Twitter n'ont pas pu échapper à cette "invasion" de Bitstrips sur leur fil d'actualité. Mais si ! Vous savez, ces vignettes de bandes dessinées qui mettent en scène des situations du quotidien de vos amis. Car voilà le but de cette nouvelle application, raconter sa vie et celles de ses amis via des cases de BD et les partager ensuite sur les réseaux sociaux.

de détails sur : Bitstrips - le phénomène

Seins et oeufs

de Mieko Kawakami

A quarante ans, Makiko est envahie par l’obsession de se faire refaire les seins, une lubie que sa fille de douze ans ne supporte absolument pas. Conflits mère-fille, vertiges de la puberté, les choses prennent un tour très compliqué quand l’adolescente se mure dans le silence. Toujours plus déterminée dans ses choix, Makiko décide de rejoindre sa soeur à Tokyo; de dix ans sa cadette, Natsu est célibataire, et c’est dans son minuscule appartement que mère et fille vont lui imposer leurs problèmes.

Une brune se cachant sous une perruque blonde, l'histoire d'une jeune fille menant une double vie : voilà le sujet de la série qui a fait connaître Miley Cyrus. Hannah Montana est le modèle de petite fille innocente qui a été inspiré par Disney. Cette image ne lui plaît pas et elle fait bien tout pour ne plus la garder. Entre danse suggestive, allusion à la drogue et positions sexuellement explicites elle montre qu'elle n'est plus la même.

Si la chaîne de M6 fait parler d'elle en ce moment, ce n'est pas tant pour leurs téléfilms à l'eau de rose, ou pour ses émissions qui, on le sait, sont très instructives. Non, ce ne serait pas bien drôle sinon. A dire vrai, M6 a pioché dans le mauvais dictionnaire pour qualifier les participants du Hellfest. Grossière erreur.

Pas la peine de faire les mijaurées, je sais très bien que vous avez tous sans exception au moins une fois regarder ces vidéos qui font le buzz ces derniers temps. Voire mieux (ou pire), vous avez essayé de vous mettre à la page. Alors que le Gangnam Style s'essouffle... Enfin, le « Harlem Shake » vient prendre sa place et en force je dois dire. Pour le coup, cette mode loufoque s'est répandue comme une véritable traînée de poudre. Flippant quand on en voit le contenu qui s'apparente d'avantage à la Marche de l'Empereur qu'à une véritable danse. Mais je ne suis pas spécialement rabat-joie, j'avoue avoir moi-même ri devant certaines vidéos.

Toutes les news >>