Euro 2012 Italie - Croatie

Photo : Euro 2012 Italie - Croatie

C'est dans le cadre du premier match de la journée, de ce groupe C que les italiens et les croates s'affrontent dans un stade de Poznan clairement aux couleurs de la Croatie. Une dominante dans les tribunes qui se fait ressentir dans les hymnes puisque là où celui des rouges et blanc est repris à l'unisson, celui de la squadra azzurra est copieusement sifflé.

Les italiens, très rapidement dans le match, alternent le jeu court avec le jeu long et ne laissent que des miettes aux croates plus spectateurs qu'acteurs durant une partie à 200 à l'heure. Les italiens, dominateurs dans le jeu n'arrivent pas à concrétiser les nombreuses actions que leur proposent Balotelli, Marchisio ou encore Cassano. A force de subir les rouge et blanc vont commettre des erreurs aux abords de la surface apportant par la même occasion des offrandes à l'architecte Andréa Pirlo. Un Pirlo qui ne manquera pas de donner l'avantage au sien sur un coup-franc d'une précision d'orfèvre. De son pied droit magique, le technicien italien enroula une frappe imparable pour le portier de la Croatie.

Ce but encaissé aura le mérite de réveiller les intensions de la Croatie qui ne trouvent que les bras de Gigi Buffon ou les tribunes sur des frappes à distance peu inquiétantes.

La seconde période reprend sur le même rythme que la première mais avec un duel un peu plus équilibré sur le terrain. Les croates, plus agressifs dans le jeu parviennent à bousculer une défense italienne tandis qu'en face les attaquants transalpins sont systématiquement signalés, à tort, en position de hors jeu.

Un harcèlement qui réussira à casser le verrou Chiellini, sur un long centre côté gauche. Le grand défenseur de la Juve, trop court, laisse le temps à un Mandzukic, très bien placer, de contrôler et de frapper le ballon. Une frappe de mule associée à un poteau farceur n'ont laissé aucune chance au gardien italien qui ne peux qu'admirer le désastre.

Malgré le coup de la déception, les italiens ont tout tenté pour reprendre l'avantage au score... Sans succès.

Une rencontre qui pourra faire naître de grandes déceptions de part et d'autre dans un groupe où rien n'est encore joué. En effet, les Croates auront la délicate mission d'affronter une équipe d'Espagne qui va tenter de se mettre en confiance face à la République d'Irlande. Une République d'Irlande qui, en cas de défaite n'aura plus rien à jouer contre une Italie qui devra tout donner pour passer à l'étage suivant.

par | | Tags : sport

Commentaires

A lire également

Le groupe C aurait pu être un simple "copier-coller" du groupe B. En effet, les Irlandais, derniers du classement et ne comptant que zéro point étaient d'ores et déjà privés d'accession aux quarts de finale. Ceci avant même de rencontrer leur adversaire du soir: l'Italie. Une Italie qui a tout à prouver et qui joue sa survie dans la compétition.

de détails sur : Euro 2012 Groupe C

Dans un groupe B où rien n'était encore joué (excepté pour les Pays-Bas éliminés, aux confrontations directes, avant même de disputer le match) le Danemark affrontait l'impressionnante équipe d'Allemagne.

de détails sur : Euro 2012 Groupe B

16 juin 2014 : 2ème anniversaire de la mort de Thierry Roland

"Je crois qu'après ça, on peut mourir tranquille !"

Commentateur et journaliste sportif de renom, Thierry Roland a fait couler quelques larmes ce samedi 16 juin, date immortalisée dans tous les coeurs des adeptes du football qui se respectent. Une légende qui s'est envolé après le match de l'Ukraine contre la France suite à un accident vasculaire cérébral. Il aurait d'ailleurs dû commenté cette rencontre aux côtés de son vieil acolyte Jean-Michel Larqué, ému face à une si grande perte dans le monde du football. Il a ainsi assisté au dernier match de sa vie derrière son écran de télévision, se remettant encore de son opération dû à des complications des calculs biliaires.

de détails sur : Mon cher Thierry

L’équipe de France a affronté le pays co-organisateur pour son 2e match.  Le sélectionneur avait apporté vendredi soir 2 changements à son onze de départ avec l’arrivée de Clichy et Menez remplaçant respectivement Evra et Malouda quasiment invisibles tous deux lors du match face aux anglais. Les bleus s’engagèrent tout de suite avec beaucoup d’envie dans la partie mais un énorme orage vint s’installer au-dessus du stade du Shaktar coupant leur bonne initiative après seulement 4min de jeu.

C'est dans un stade olympique de Kiev, jaune de monde que la rencontre opposant la Suède à l'Angleterre débute.

Un match très animé qui démontre, d'entrée de jeu, les intentions des suédois. Les jaunes, dominateurs dans le jeu, butent sur une défense anglaise très solide et bien regroupée et comme l'on a coutume de dire "dominer n'est pas gagner". Chose qui se confirmera à la 23ème minute où, sur un centre tiré côté droit, Carroll étrangement seul ne se fait pas prier pour battre le portier suédois de la tête. Les anglais ouvrent la marque sur leur seule et unique occasion. Un peu à l'image de celui inscrit face à la France.

C'est dans un match électrique, entre deux nations ennemies, que se sont affrontés les Pays-Bas et l'Allemagne. Les hollandais, au pied du mur étaient dans l'impérative de gagner pour ne pas être décrochés.

Ce sont eux qui lancent véritablement le match au travers d'actions rapides et directes. Des tentatives sans conséquences puisque que c'est grâce à un Mario Gomez en état de grâce que les allemands ouvrent la marque. Lancé plein axe, il profite d'un très mauvais alignement de la défense batave pour battre le gardien hollandais qui avait anticipé de l'autre côté.

Sur le papier le déséquilibre semble radical, mais comme bien souvent la loi du terrain est tout autre. Le match qui a opposé le Danemark au Portugal n'a pas dérogé à cette règle.

Les portugais ont débuté cette partie avec la défaite contre l'Allemagne en travers la gorge et cela s'est vu rapidement avec un jeu très long porté sur la recherche de la vitesse de Ronaldo. Mais c'est de la tête que les portugais vont ouvrir la marque au travers de Pépé qui ne manque pas sa tête au premier poteau sur un corner tiré côté gauche.

C'est dans un stade chauffé à blanc que les Polonais jouaient leur survie.

Aux vues des précédentes rencontre l'avantage étaient clairement du côté de la Russie, grosse surprise de cet Euro.

La rencontre débute dans un débat équilibré où les équipes se rendent coup pour coup jusqu'à ce coup-franc frappé à la 37ème où, laissé libre par la défense polonaise, Dzagoev, reprenant un ballon du haut de l'épaule trompe le gardien de la Pologne.

de détails sur : Euro 2012 Pologne - Russie

C'est dans un match de "la peur" que les deux nations s'affrontent. Dans ce premier match, de la seconde phase de groupes, la République Tchèque cherche à se rassurer tandis que les grecs cherchent à continuer sur la bonne lancée de leur précédente confrontation. Autant dire que pour l'une ou l'autre des équipes une défaite serait synonyme de "retour à la maison".

C'est dans leur jardin de Kiev que les ukrainiens (équipe co-organisatrice) ont affronté les suédois dans le cadre de la dernière rencontre de ce premier tour de piste.

On avait tendance à dire que cette rencontre serait un duel entre deux milanais. Le premier de coeur, Andrei Shevchenko et le second de contrat, Zlatan Ibrahimovic. Cette tendance n'était pas fausse puisque au tableau d'affichage ce sont ces deux noms qui étaient écrit tant ils ont dominé cette rencontre de la tête et des épaules pieds.

de détails sur : Euro 2012 Ukraine vs Suède

Toutes les news >>