A Metz aussi on est Happy

Photo : A Metz aussi on est Happy

Et si on vous montrait la ville à travers un tout autre regard ? La pluie, le mettis-boulot-dodo. Les pavés et les gens pressés. Tout ça disparaît en l'espace de cinq minutes.

Pas de Harlem Shake cette fois-ci. Place à l'ambiance happy et à une touche de funky ! Après la montée en puissance de la nouvelle mode sur la toile, Metz s'y met aussi avec l'initiative bienveillante de « trois copains amoureux de leur ville » : Sandro Di Bernardi, Jean-Philippe Brechon et Grégory Reyter. Des sourires, de la complicité, de la danse... Un bien beau mélange.

We are from Metz !

L'évènement a été lancé sur Facebook et a fait son petit bout de chemin. La recherche de bénévoles qui accompagnait la publication en disait déjà long sur l'ambiance bon enfant à venir : « Vous aimez votre ville, vous avez entre 7 et 77 ans, vous avez un talent... ou pas, vous savez dansez... ou pas, vous savez compter jusqu'à 10... ou pas, en fait , la seule recommandation [...] c'est de transmettre de la joie de vivre et de la bonne humeur pendant 5 secondes sur ce clip qui sera notre message au monde. » Une recette qui marche puisque près de 300 belles âmes ont participé au tournage qui a eu lieu entre le 15 et le 17 février. « On commençait le tournage à 9h et on terminait à minuit. Pour le coup on n'a pas beaucoup dormi », sourit Jean-Philippe Brechon, co-organisateur de l'événement. Dans la lignée du clip d'Angers, la vidéo réalisée pour Metz fait chaud au coeur et redonne un peu de peps en ces temps difficiles.

Bonheur et convivialité, les maîtres mots

La vidéo diffusée hier fait déjà un tabac. Le concept est simple. En fond sonore, la fameuse chanson « Happy » de Pharrell Williams, en images, des petits, des grands, des roux, des blonds, des femmes, des hommes, qu'importe, qui communiquent leur joie de vivre. Pari réussi. On ne peut pas s'empêcher de garder le sourire du début à la fin. « Le but c'était vraiment de mettre en place un projet communautaire et faire participer tous les quartiers en allant au-delà des clichés. Et c'était magique, tout le monde a beaucoup donné de sa personne. A Borny par exemple, on avait prévu un plan avec 3-4 gars qui avaient bien voulu jouer le jeu et finalement toute la cité s'y est mise. On a pu mettre en valeur la ville dans ses moindres recoins et pour le coup même des gens avec pas mal de talents », explique Jean-Philippe. C'est vrai que du talent il y en a. Ça swing, ça hip hop, ça valse. Toujours en rythme, toujours en phase. Une ambiance délirante qui ressort parfaitement. « Ça fait plaisir de voir ces gens tous différents les uns des autres, qui ne se connaissaient même pas pour certains, sourire et rire ensemble. Et on montre aussi que Metz c'est pas une ville qui dort », renchérit l'organisateur.

Et si certaines personnes n'apparaissent pas, le mérite leur revient aussi de droit dont pas moins de trois caméramen et les sponsors qui ont soutenu l'initiative dès le départ à savoir la Fédération des commerçants, Lorweb ainsi que ShoppingMetz.

Le tout pour un cocktail de rires, de joies... bref, de bonne humeur !

Image © ShoppingMetz

par | | Tags : musique culture

Commentaires

A lire également

Cela fait parti d'une « ancienne tradition résolument tournée vers l'avenir », un jeu de mot, une complicité, plus, c'est un moment de bonheur que nous a offert Luc Arbogast lors de son passage au Capitole de Saint Julien les Metz ce samedi 26 Avril.

Il y a quelques jours, nous vous parlions du Neknomination, nouvelle dérive de l’alcool via les réseaux sociaux. Si ce jeu des plus dangereux n’a pas encore fini de faire parler de lui, penchons-nous sur le nouveau phénomène du Smartnomination.

The Voice, l'émission qui réunit tous les samedis soirs des millions de téléspectateurs, a mis en lumière un groupe Nancéien à travers son chanteur venu participer au show.

C’est vrai que l’hiver est doux, que les températures ne permettent pas de calmer les désirs des plus excités, mais quand même. Epargnez-nous vos numéros de mecs machos.

Toutes les news >>